Le carnet d’Aline Apostolska

Home / Les Carnets / Le carnet d’Aline Apostolska

Je me suis souviens encore du choc que j’ai eu lorsque j’ai découvert la danse contemporaine à Paris, au début des années 1980. Depuis le choc s’est démultiplié d’un bout à l’autre de la planète, en particulier à Montréal depuis que j’ai choisi d’y habiter en 1999. En tout, cela fait plus de trente ans d’une passion qui ne s’est jamais démentie et que je n’imagine pas aller autrement qu’en se déployant. Je sais que la danse est toujours d’abord un mouvement intérieur, une énergie et une vision du monde qui se manifestent dans et par le corps, quel que soit celui-ci. Je sais cela parce que j’ai dansé moi-même, et surtout parce que j’ai beaucoup regardé les danseurs de toute condition et de tout horizon, par-delà la forme que prend leur mouvement ou leur corps pour manifester la danse qui existent en eux au travers des yeux d’un chorégraphe.

C’est donc avec toute ma passion et ma connaissance plurielle que j’ai accepté de participer à Quadriptyque. Je suis heureuse d’y participer tout au long du processus pendant un an. J’ai fait les entrevues avec les sept interprètes et les quatre chorégraphes, avant et après le processus, et je vais aussi suivre le processus du bout de mes mots.

Dans ces Carnets, je livrerai : quelques analyses de fond sur la danse intégrée : le malaise spectatoriel, l’état de corps, la question de l’esthétique… des instantanés de mes impressions prises sur le vif au cours des processus de création, des billets d’humeur en somme… et aussi des critiques plus poussées des pièces qui vont naître de chacun des quatre processus de recherche et création.

J’espère beaucoup que vous y réagirez et qu’un dialogue interactif pourra ainsi s’installer. À mes yeux Quadriptyque est un projet inédit et essentiel. Et il est fait pour être partagé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *